Cure de jeûne

Le jeûne est l'une des plus grandes tendances en matière de perte de poids de ces dernières années. On peut en faire usage pour aider les patients souffrant de diverses maladies chroniques. Il s'agit notamment du diabète, de l'hypertension artérielle, des rhumatismes et des maladies intestinales, ainsi que des syndromes douloureux tels que les migraines et l'arthrose. Cet article vous aidera à savoir davantage sur la cure de jeûne. 

Comment faire la cure de jeûne ? 

Vous plait-il ou est-ce pour vous impératif de faire une cure de jeûne ? Sachez déjà qu’il y a plusieurs façons de procéder. Mais il est plus recommandé de ne pas prendre de dîner ni de petit-déjeuner, afin de ne pas ingérer de nourriture pendant au moins 14 heures d'affilée. 

Ce qui fait du déjeuner le repas le plus primordial de votre journée. Cela réduit également le temps passé chaque jour à transformer les aliments. 

Et, en plus, cela allonge la période consacrée au nettoyage et à la restauration des cellules du corps, ce qui a des effets positifs sur la santé. Si vous dormez de 23 heures à 7 heures du matin, vous avez déjà jeûné pendant huit heures. 

Il ne vous en faut plus que six. Il est bon d'éviter de manger tard le soir pour permettre à votre corps de brûler l'énergie des aliments plutôt que de la stocker. Pour le petit-déjeuner, vous pouvez vous limiter à un café ou un thé (éventuellement accompagné d'un petit fruit). 

Et ensuite, faire du déjeuner votre premier vrai repas. À ce moment-là, vous avez clairement dépassé les 14 heures et vous n'avez pas besoin de vous restreindre. Là, vous pouvez manger jusqu'à ce que vous soyez rassasié. 

La cure de jeûne et le cancer 

Le jeûne pourrait même être efficace pour prévenir la récidive du cancer. Des femmes ont fourni des informations sur leur rythme alimentaire. Parmi 2400 atteintes d'un cancer du sein à un stade précoce, environ 400 ont souffert de nouvelles tumeurs dans les sept ans. 

Mais celles qui jeûnaient 13 heures par nuit avaient 26 % moins de risque de récidive que le groupe témoin. Les cellules cancéreuses sont moins capables que les cellules normales de survivre à un manque de sucre.